Zones humides et littorales

Etat des lieux

La montée du niveau de la mer est le phénomène le plus visible du changement climatique. On constate une élévation de 22 cm dans le delta de Camargue au XXe siècle avec une nette accélération dans la dernière décennie. Le littoral est aujourd’hui en recul. En 2100, une élévation de 60 cm supplémentaires est l’hypothèse jugée la plus probable par les scientifiques. La montée du niveau de la mer, associée à des tempêtes marines, engendre déjà aujourd’hui des submersions temporaires, des destructions de dunes et de dégradations des ouvrages de protection. Le changement climatique devrait encore renforcer ces problèmes.

Montée du niveau de la mer méditerranée

Evolution du trait de côte

 

Le Marais de Baux

Le Pays d’Arles est caractérisé par des milieux humides exceptionnels, d’une riche biodiversité, et notamment la Vallée des Baux et la Camargue. le changement climatique est une menace supplémentaire sur des écosystèmes fragiles et morcelés.

Ces habitats humides se présentent sous des formes diverses : gaudres, mares, prairies humides, anciens marais, mais aussi canaux d’irrigation ou de drainage et plans d’eau artificiels.

 

 

 

 La Vallée des Baux présente une immense richesse écologique.

Cet espace abritait jadis de nombreux marais avant leur assèchement au début du siècle pour les besoins de l’agriculture et de l’élevage. Seuls 700 ha de zones humides sur 3500 persistent aujourd’hui. La Vallée des Baux est exposé au risque d’inondation et à des difficultés d’évacuation de l’eau. L’intensification des épisodes de fortes pluies liée au changement climatique ne devrait faire que renforcer ce problème.

La vallée des Baux

Dessin de la vallée des Baux (source : A Rocha)

 

 

Les zones humides camarguaises

Milieux humides en Camargue

Les zones humides camarguaises regroupent une mosaïque de milieux méditerranéens allant des plus salés (sansouïres) aux plus doux (roselières). La montée du niveau de la mer modifie les dynamiques d’intrusion d’eau salée et favorise ainsi le remplacement d’habitats naturels par d’autres, plus adaptés au milieu salin. L’endiguement de la Camargue (Rhône et digues à la mer) limite aujourd’hui la dynamique naturelle, les espèces disposant de peu de marge de manœuvre pour s’adapter. A noter également qu’avec la baisse prévue des niveaux d’eau de la Durance et du Rhône et les conflits d’usage qui pourraient devenir plus fréquents, cela pourrait également conduire à l’assèchement total des étangs et prairies humides situés à l’intérieur des terres.

 

 

 

Les défis à relever : protéger le littoral et pérenniser les zones humides

La montée du niveau de la mer et l’augmentation de la fréquence des tempêtes sont un défis au maintien des activités humaines sur le littoral et aux équilibres écologiques actuels en Camargue à moyen terme. La gestion du trait de côte est déjà un sujet d’actualité sensible qui fait l’objet d’une action importante du Parc naturel régional de Camargue et des collectivités locales. La prise en compte des projections climatiques doit influencer les choix de gestion du littoral en Camargue

La préservation des milieux humides et de la biodiversité qui leur est associée fait également l’objet de nombreux travaux scientifiques et de programmes de gestion. Elle est également de plus en plus intégrée dans les documents d’urbanisme. Les zones humides sont menacées par le changement climatique. Elles constituent également des atouts pour l’adaptation du territoire à ces changements. L’enjeu de la préservation, voire de la restauration, des zones humides est donc déterminante pour l’avenir.