Le climat en Pays d’Arles : quels changements ?

Les partenaires du Plan Climat ont demandé au cabinet TEC Conseil de réaliser une étude sur le changement climatique en Pays d’Arles et la vulnérabilité du territoire à ce changement. Les rapports détaillés sont disponibles sur ce site « le changement climatique en Pays d’Arles » et « vulnérabilité du Pays d’Arles au changement climatique ».

Le Pays d’Arles se réchauffe

Si le changement climatique est perçu comme un phénomène global, il est également une réalité locale. Depuis 1951, les températures moyennes annuelles ont augmenté de 1,1°C avec une certaine stabilité entre 1951 et 1980, suivi d’une nette augmentation depuis les années 1980. L’augmentation est différenciée selon les saisons, l’été se réchauffant beaucoup plus vite que l’hiver.

Augmentation des températures en toutes saisons

Source : CIRAME, Station provençale de Carpentras

Les observations montrent également une forte augmentation des jours de fortes chaleurs, une diminution des pluies estivales, une élévation de la fréquence des sécheresses et des pluies d’automne plus abondantes. La forte variabilité climatique qui caractérise le climat méditerranéen s’est accentuée aussi ces dernières décennies que ce soit au niveau thermique ou pluviométrique.

 

Un réchauffement qui devrait se poursuivre

Les travaux de recherche sur le climat local (projections de dernière génération à l’échelle départementale) confirment que le réchauffement devrait se poursuivre, même si l’ampleur dépendra aussi de la capacité des hommes à maîtriser leurs émissions de gaz à effet de serre. Cette tendance de fond masquera une importante variabilité interannuelle (alternance d’années chaudes et froides), comme en témoigne la carte animée ci-dessous, montrant l’évolution des températures moyennes jusqu’à l’horizon 2100 dans un large territoire sud-est incluant les Bouches-du-Rhône.

Evolution de la température moyenne annuelle

Carte animée de l’évolution de la température moyenne annuelle (°C) sur un large territoire sud-est incluant les Bouches-du-Rhône – Période 1961-2100 Source : cartographie du modèle de référence – Base de données ENSEMBLE Traitement CERFACS/TEC.

 

L’étude du changement climatique menée sur le Pays d’Arles a permis de dégager les tendances du climat du Pays d’Arles dans le futur (Entre 2030 et 2080).
Les moyennes des modèles climatiques convergent aujourd’hui vers une augmentation de +2,2°C en 2050. Il est aussi admis que la canicule observée de 2003 préfigure ce que seront les étés une année sur deux à l’horizon 2060. A plus long terme et en l’absence de mesures drastiques, les scénarios les plus pessimistes font état d’une augmentation de +6°C à l’horizon 2100.

Climat futur du Pays d'Arles

 

Un changement climatique sans précédent

L’effet de serre est un phénomène naturel. L’atmosphère est composée de nombreux gaz. Certains d’entre eux ont la capacité de retenir la chaleur du Soleil à la surface de la Terre : ce sont les gaz à effet de serre (GES). Ils sont indispensables à la vie, car sans eux la température du globe serait de -18°C.

Gaz à effet de serre (GES)

Source : www.developpement-durable.gouv.fr

Si la terre a déjà connu des variations de son climat par le passé, le changement climatique actuel reste sans précédent pour plusieurs raisons.

La responsabilité de l’homme est avérée.

Alors que les précédents bouleversements climatiques pouvaient s’expliquer par des phénomènes naturels (variation de l’orbite terrestre, éruption volcanique etc.), nous émettons de grandes quantités de gaz à effet de serre supplémentaires dans l’atmosphère depuis la révolution industrielle, notamment en brûlant massivement du charbon, du pétrole et du gaz naturel pour satisfaire nos besoins d’énergie.

Concentration des gaz à effet de serre de l'année 0 à l'année 2005

Source : Réseau Action Climat France

 

Conséquence de ces émissions, l’effet de serre s’intensifie et le climat se réchauffe. Comme le montre le graphique ci-dessous, les 10 années les plus chaudes entre 1850 et 2010 ont eu lieu après l’an 2000 (à l’exception de 1998). Désormais, chaque décennie est plus chaude que la précédente.

Classement mondial des années en fonction de leur température moyenne

Source : Réseau Action Climat France

 

Le changement climatique est rapide et de grande ampleur

Le changement qui s’opère engendrera de grands bouleversements dans un temps très court. 5°C nous sépare de l’ère glaciaire. 5°C de plus nous amène vers des horizons beaucoup plus chauds, de manière très rapide.

Pour éviter un impact trop lourd sur notre société, il est nécessaire d’éviter un réchauffement supérieur à 2°C de la température moyenne annuelle mondiale en 2100 par rapport à l’ère préindustrielle. 2°C, cela paraît peu, mais il faut savoir qu’il y a un écart de 5°C entre aujourd’hui et l’ère glacière.

Pour atteindre l’objectif des 2°C, il faudrait diviser par 2 les émissions de gaz à effet de serre avant 2050 à l’échelle de la planète. Pour les pays développés comme la France qui émettent aujourd’hui le plus de gaz à effet de serre, cela implique une division par 4 des émissions de gaz à effet de serre.

Pour en savoir plus sur le changement climatique, rendez-vous sur le site du réseau action climat France : www.rac-f.org.

 

Conséquences en Pays d’Arles

Ces évolutions climatiques auront des conséquences :
• sur les ressources (notamment les ressources en eau) et les milieux naturels
• sur les risques naturels
• sur les milieux naturels et les espèces
• sur la santé des populations et le cadre de vie
• sur les activités économiques

Tous ces impacts sont évoqués sous les autres thématiques du livre vert et détaillée dans le cahier vulnérabilité.

Télécharger les rapports d’études complets :