Bureaux et bâtiments tertiaires

Etat des lieux

Les bâtiments tertiaires : 9% des émissions de gaz à effet de serre.
Les bâtiments publics (administrations, hôpitaux, écoles, bâtiments sportifs et culturels) représentent une grande part des consommations d’énergie dans le secteur tertiaire. Le patrimoine des communes représente 10% des consommations d’énergie du secteur tertiaire. Cela représente une dépense de 36 € /an et par habitant en moyenne.

Les commerces et l’ensemble « café – hôtel restaurant » ont également un poids important.

Répartition des consommations d'énergie finale par branche tertiaire

 

Comme dans les logements, c’est le chauffage qui domine les consommations d’énergie dans les bâtiments tertiaires. Néanmoins, avec la bureautique et la climatisation plus souvent utilisées dans les bureaux, la consommation d’électricité est assez importante. Le comportement des travailleurs peut jouer significativement sur les consommations comme dans le logement.

Répartition des consommations par usages de l'énergie dans différents secteurs d'activité du tertiaire

Répartition des consommations par usages de l’énergie dans différents secteurs d’activité du tertiaire (Source : État des lieux énergétique et des émissions de gaz à effet de serre du Pays d’Arles, Énergies Demain, 2014)

 

Un employé du secteur tertiaire passe une grande partie de ses heures de travail à l’intérieur, le confort thermique des bâtiments tertiaires, notamment en été, est un enjeu à ne pas négliger.

Certains bâtiments tertiaires (hôtellerie, santé-social, habitat communautaire) sont particulièrement favorables au développement des systèmes solaires thermiques pour produire de l’eau chaude sanitaire.

On estime à 550 000 m² la surface de bâtiments favorables à l’installation de tels systèmes en Pays d’Arles.

Capteurs solaires thermiques destinés à l'alimentation en eau chaude sanitaire installés en toiture de l'hôtel Novotel à Toulouse

Capteurs solaires thermiques destinés à l’alimentation en eau chaude sanitaire installés en toiture de l’hôtel Novotel à Toulouse (Source : ADEME/G. Fraysse).

 

Les défis pour le secteur des bureaux et bâtiments tertiaires

Il est nécessaire d’augmenter le rythme de réhabilitation des bâtiments tertiaires et de renforcer la qualité de ces rénovations sur le plan énergétique. Une rénovation « globale » (isolation des murs, de la toiture, du plancher, changement des vitrages et du système de chauffage) est souvent nécessaire afin de réaliser des économies d’énergie intéressantes (jusqu’à 60%).

La rénovation énergétique complète d’un bâtiment tertiaire coûte entre 280 et 440 € HT/m².

Rénovation énergétique complète d'un bâtiment tertiaire

Pour réduire encore les émissions de gaz à effet de serre, en complément de la rénovation, il est nécessaire de changer de source d’énergie. En privilégiant le gaz naturel, une pompe à chaleur ou encore une chaudière à bois en remplacement d’une chaudière au fioul par exemple.

Changer de source d'énergie

Comme dans les logements, nos comportements et nos habitudes ont une influence significative sur les consommations d’énergie de ces bâtiments. Nous utilisons ces bâtiments tous les jours parce que nous y travaillons ou en tant qu’usagers.